FANDOM




Aveghra Malfaria
Aveghra (1)
Titre Archipsyker noir, Maître des voiles, Vilain prêcheur, l'Imprévisible
Sexe Male
Race Humain
Classe Sorcier
Occupation Servir l'Omnisavant
Location Inconnue
Status Vivant
Parent(s) Eden (fille adoptive), Aleksander Malfaria (frère)













Informations disponibles à Hurlevent

Dans la bibliothèque de la capitale des humains, vous trouvez un livre faisant office de registre dans lequel se trouvent plusieurs noms et plusieurs croquis de personnes ayant euent une place importante à Hurlevent. Vous tombez soudainement sur ce que vous chercher : Aveghra Malfaria.

"Né en l'an -25 à Andorhal, Monsieur Aveghra Malfaria a entreprit des études pour devenir prêtre à l'abbaye de comté-du-nord, en l'an -5, il était alors âgé de vingt années. Etudiant studieux et volontaire, ses pairs notent néanmoins que ce disciple en particulier semble ne pas éprouver leur ressenti lorsqu'il s'agit des damnés. "Ce sont des êtres comme nous, ils sont juste égarés, je pense que nous pouvons les sauver." - Dire rapporté par le Père Adelion en l'an -3. Néanmoins, Aveghra manifeste de l'intérêt à ce qu'on lui enseigne et devient officiellement prêtre à l'age de vingt-cinq ans. Il fuit par les catacombes vers Hurlevent lors de la première guerre quand l'abbaye fût assaillie par les orcs. Dix ans plus tard, Aveghra devient un grand prêtre à l'âge de seulement trente-cinq ans. Les autres pères sont réticents face à ce qu'il enseigne et les motivations qui semblent l'animer puisque, pour lui, tout être a la possibilité d'être sauvé. Ce qu'il prône effraie certains car cela pourrait avoir comme conséquences le détachement de nombreux croyants à l'altruisme, sécurisés par une telle promesse.

Pour éloigner le danger et l'influence grandissante d'Aveghra, beaucoup décidèrent qu'il fallait l'envoyer à la Chapelle de l'espoir de la lumière durant la guerre contre le fléau, il s'agissait là d'une sage décision. C'est sans escorte que le Père Malfaria parcourut le long chemin vers les maleterres et c'est avec un certain soulagement que beaucoup apprirent sa mort lors de la bataille pour la chapelle.

- Père Hobrady, scribe de Comté-du-nord."

C'est alors que vous remarquez la présence d'un petit morceau de papier en tournant la page. C'est un morceau de journal : " Durant une éxécution publique, le condamné matricule 747, destiné à la pendaison, s'est échappé tandis que la corde était autour de son cou. Vêtu d'une robe rouge, cet individu condamné à mort pour utilisation de magie noire en terre elfique terrifie les habitants de Hurlevent qui, auparavant, se moquaient de lui. En effet, hier à 14h02, deux personnes encapuchonnées sont apparus soudainement sur l'estrade et auraient emmené avec eux le sorcier qui allait être exécuté. Plus terrifiant encore, cet être ignoble se serait présenté comme Aveghra Malfaria, un prêtre mort près de dix ans auparavant, de quoi inspirer la peur à de nombreux concitoyens qui, désormais, ne se sentent plus en sécurité."

Une voie de compassion (Journal disponible à Désolace)

Comprendre pour guérir, ça paraît tellement plus logique et pourtant tellement de prêtres ne voient pas les choses de cette façon. Comment un homme peut-il venir en aide à qui que ce soit si il ne fait pas l'effort de se mettre à la place des autres ? À la place des plus souffrants et des plus incompréhensibles, peut-être même choisirait-il d'endurer la terrible douleur et la terrible injustice que représente l'existence d'un démon. Voici que face à tous, l'innocent se fait coupable, hideux et répugnant et tout ça pour quelle raison ? Pour ne pas marteler de bons sentiments ceux qui n'ont que faire de la sensiblerie. 

Je ne cherche plus à éprouver de l'amour pour qui que ce soit, ni à prier ou à être dévoué, j'ai compris que c'était inutile. Comment puis-je juger ce dont une personne a besoin si je m'applique à la sauver ? C'est la compassion que je cherche désormais, la compréhension et pour cela, je vais devoir négliger la souffrance des autres, la regarder, l'étudier et j'y prendrais peut-être goût à force. Un prêtre ne peut pas aimer un démon quand il en voit un car il ne peut pas tolérer ni accepter ou comprendre toutes les difficultés qu'un être aussi sombre peut endurer. Moi je le dis, quiconque s'acharne à aimer finira par haïr mais quiconque s'applique à comprendre, celui-là ne pourra détester ne serait-ce qu'un seul instant le démon, l'être perfide, l'horreur car alors il aura compris, par delà même son ignorance, le ressenti de toutes les créatures vivantes, l'unique chemin vers la vraie lumière, celle du rassemblement et celle de la justice. - Aveghra Malfaria 

Témoignage

C'est une personne qui affirme l'avoir connu qui vous parle, une dame bien habillée mais qui semble pressée. Vous lui demandez alors "Comment était-il ?".

Ecoutez, je vais vous dire ce que je sais, bien. C'était un professeur dans notre Académie et nous étions proches. Sans vous mentir, j'avoue qu'il me faisait parfois un peu peur. Quand il est arrivé, sortant du désert comme ça avec ses vêtements tous sales, on aurait dit un de ces imbéciles qui s'était perdu, ça arrivait que l'on en voit. En entrant à l'intérieur de notre école, il a posé son regard sur moi et j'ai senti sa présence, je n'ai pas pu continuer à le fixer, j'ai baissé les yeux.

"Pourquoi cela ?" Demandez-vous en toute logique.

C'était bizarre, on aurait dit que j'avais de l’électricité dans tout le corps et il y avait cette force qui émanait de lui, on aurait dit une présence vous savez. C'était comme sentir la force que peut opérer une grosse pierre, on sentait de la solidité, ça paraît ridicule dit comme ça. Mais aussi... Il y avait du bon en lui, je le savais car ce n'était pas seulement de la résistance, c'était de la douceur. Mais j'ai baissé les yeux car j'ai senti comme des lacérations mais ce n'était pas les miennes vous voyez ? On aurait dit que quelque chose avait été battu, que quelque chose saignait. Il m'en voudrait tellement si il me voyait dire ça...

"Dites m'en plus, quel type de personne était-il ?"

Je dirais qu'il était paradoxale... A certains moments, d'un grand calme, très intelligent et sage, il évitait les conflits, ça se voyait. Avec de l'humour aussi, il aimait faire rire les gens et n'avait pas peur du ridicule, il s'en fichait et ça amusait beaucoup, peut-être que c'était de le voir là, fort, à se rabaisser comme si ça n'avait aucune valeur mais pour nous, c'était agréable d'être avec une personnalité pareille. Mais je me souviens qu'une fois, il est revenu du désert comme transit par le froid et je sentais comme une excitation dans ma chair voir presque une brûlure. Son regard semblait perdu, j'ai vraiment cru qu'on l'avait perdu car il était terrifié et c'était insoutenable car je le sentais en moi mais je n'arrivais pas à l'exprimer. Je crois qu'il portait un lourd fardeau et qu'il s'éloignait pour ne pas qu'on l'aide, peut-être avait-il peur de quelque chose, je ne sais pas, vraiment pas. Vous savez, c'était bizarre car je ne me suis jamais senti aussi proche de quelqu'un et pourtant on parlait peu mais il vous comprend tout de suite, quelque chose se fait comme ça, il est proche de vous mais ça se fait naturellement. Pourtant, quelque chose bloquait, on arrivait pas à voir ce qu'il nous cachait et ça c'était bouleversant car on avait tendance à s'identifier à lui comme si le fait d'être proche de nous, à notre tour, ça nous rendait proche de lui, naturellement. Je parle trop, tout le temps ! Je pense qu'il n'aimerait pas ça ! s'exclama la jeune femme en riant, les larmes aux yeux.

"Merci pour vos informations." Déclarez vous avec politesse. C'est alors qu'une vision s'empare de vous, à votre tour, la force s'empare de votre chair et vous ressentez ce que la dame vous expliquez auparavant.

Aveghra (2)

Aveghra tel qu'il vous apparaît, misérable et terrifié.

Transit par le froid, Aveghra fait signe à la femme en face de vous de s'écarter, ça semble remonter à plusieurs années. Des yeux émeraudes et les pupilles dilatées, des lèvres blanchies et de la sueur plein le visage, c'est vous qu'il regarde : 

"C'est le fardeau des incompris, le poids de l'ignorance. Écartez-vous, il ne doit toucher que moi !" s'exclame-t-il et cette hallucination semble si réelle que vous vous écartez.

Des interrogations

Vous êtes désormais en droit de vous demander : Qui était Aveghra Malfaria ? Un sorcier en magie noire ? Un prêtre mort ? Peut-être est-ce un imposteur qui blasphème le nom d'un homme de droiture mais à l'attitude controversée. Aujourd'hui encore, on entend parler de lui et certains affirment que c'est un mage noir puissant et se servant principalement de l'illusionnisme et de la clairvoyance. Tout ce que vous avez entendu est à méditer mais cet ancien grand prêtre a de quoi vous inspirer quelque chose de sympathique car même si il a sombré, vous ne pouvez vous résoudre à nier la bienveillance de sa démarche. Quoi qu'il en soit, vous n'avez certainement pas finit d'en apprendre à propos de ce sorcier.



Et enfin !


Aveghra au fil du temps

Aveghra au fil du temps