FANDOM


Le Sacronysme, qui est une contraction supposée de plusieurs mots : sacral, sacro, synchronisation, est une religion répandue chez les Psykers de l'Ordre d'E'lorel qui tente de mettre en évidence les facettes de la réalité, les origines de la création et la place des êtres vivants qui l'habitent. 

Même si elle est répandue, cette religion n'est pas obligatoire mais certaines formules sont prononcées durant des exercices rituels comme "Incline toi Arhiman".

Le Sacronysme parle du coeur de la vie, du centre et notamment de la création de Noun, le nul et non avenu.

Le Sacronysme se base sur plusieurs aspects trinitaire mais rarement sur des êtres ou des personnes.

A l'origine, Noun est un être qui, instantanément, incarne la trinité qui est divisé en deux facettes de la réalité.

Dans le Sacronysme, Noun est un être dormant qui contemple son propre rêve, il est plongé dans cet état par amour et pour créer des pensées qu'il ne peut pas contrôler. De son point de vu, le rêve est le rêve, il est un et uni mais certains agents dans ce rêve sont plus libres que d'autres, c'est cela que l'on nomme une âme. Pourtant, Noun est le créateur du rêve et chacune de ses pensées le renvoient à lui-même sans qu'il ne le sache, c'est pourquoi il est à la fois Brahman, la conscience universelle du rêve qui lui donne sa réalité mais aussi Arhiman, l'illusion de la séparation qui sépare les âmes les unes des autres et qui les sépare de lui.

D'un côté, on trouve Brahman qui est la conscience universelle, la vérité, la force qui unie tous les êtres et les met d'accord, c'est la force de la paix et de l'autre, on trouve Arhiman qui est l'émanation de la vérité sous sa forme subjective et non pas universelle, Arhiman est la conscience divisée par l'ignorance et c'est dans cette deuxième réalité que vivent les êtres.

Arhiman est aussi appelé l'esprit du mensonge, l'ignorance, c'est le cosmos qui fait croire à chaque personne, dans son corps, qu'elle est individuelle mais c'est aussi cela qui la pousse à ressentir la solitude. On représente Arhiman comme un être brisé, sa personne est éclatée, séparée d'elle-même par les ténèbres, le vide. Arhiman a donné vie à deux type d'êtres, Âman et Âtman, le bon et le mauvais, celui qui agit pour le bien et celui qui agit pour le mal. Âman reçoit son pouvoir de Brahman auquei il est attaché et Âtman reçoit son pouvoir des ténèbres d'Arhiman mais Âman et Âtman sont tous les deux dans l'erreur, l'un tente de se lier à Brahman en luttant contre Âtman, le mal, sa nature destructrice tandis que Âtman tente de lutter contre Brahman tout en rejetant ses ténèbres sur les autres afin de ne pas mourir, c'est un communicateur de la souffrance.

Pour atteindre de Brahman, il ne faut pas se lier à lui ni le repousser, il faut traverser les ténèbres et devenir Anâtman, le vide, il faut devenir les ténèbres et alors le pouvoir d'un être qui arriverait à rejoindre Brahman émanerait directement de l'oubli qu'il a de lui-même et non pas de l'oubli dans lequel s'est projeté le créateur pour former la création.

On parle d'illumination lorsqu'un être, qui n'est ni Âman ni Âtman mais Anâtman franchit les illusions d'Arhiman et les voiles de son monde pour fusionner avec la conscience universelle qui lui fait alors accéder à la paix éternelle de la contemplation du vivant.

E'lorel est vénéré pour avoir atteint ce stade et avoir ainsi perçer à jour les illusions du cosmos pour voir sa vérité. Un tel être prend conscience que son corps est une porte vers l'Univers, vers le corps suprême et une fois qu'il fusionne avec ce grand corps, il devient l'âme qui sous-tend toute la création.

Les prêtres de l'ordre Balina tente de faire briller Brahman sur le monde réel en formant un canal mais ceci ne fait qu'encourager la division tandis que les prêtres Raudonas tentent de se plonger eux-mêmes dans les ténèbres et dans la souffrance pour se rapprocher de l'oubli et devenir des flambeaux naturels de vérité, une partie de Noun qui s'est éveillée et a comprit qu'elle était lui en sortant du rêve. Il semblerait qu'un être illuminé, en mourrant physiquement, soit libéré de la contemplation de Noun qui est alors éveillé, il demeure animé par la joie et l'amour qui deviennent sa réalité laissant derrière lui un vide certain.

E'lorel, pour encourager l'ensemble de Noun et pour pousser son éveil au maximum, s'est sacrifié en tant qu'être éveillé et a brisé sa propre volonté afin de ne pas causer de vide dans l'Univers mais de retourner au sommeil Omniscient du créateur qui s'ignore et qui ignore qu'il se contemple dans son don désintéressé de la vie qui n'est qu'amour, source de l'illusion mais aussi source de la réconciliation universelle et donc de la vérité qui triomphera sur tous.

Pour voir le créateur, il ne faut pas vivre dans les concepts de bien ou de mal, ni dans les désirs, ni dans la lumière de la création que l'on appel "or" et qui est le chemin entre Brahman et Arhiman mais sur ce chemin, les êtres s'arrêteront tous face à l'éblouissante lumière, face à la bonté de la création et aux bons sentiments qui l'ont fait naître mais ils ne verront pas son origine. Sur le chemin des ténèbres, un être a bien plus de chance, dans le gouffre de l'ignorance, de rencontrer le créateur qui s'y cache mais pour cela, il ne doit plus s'en remettre à la haine qui consiste à rejeter sur les autres l'oubli dans lequel on se trouve. Pour perçevoir Brahman, l'âme de Noun, il faut se maintenir dans un état de paix et, avec sa volonté, se diriger vers l'oubli de soi via des exercices de concentration basés sur l'imagination pour contrecarrer la pensée du réel et c'est en cela que l'illusionnisme et la clairvoyance chez les psykers sont des notions très proches car se faire sa propre idée du réel, c'est se rapprocher de celui qui en a l'idée en se défaisant du réel en lui-même, Arhiman, qui n'est qu'illusion.